Monuments disparus de Saintes

groupedisp

Sous l’égide de la Société d’archéologie et d’histoire de la Charente-Maritime et de l’Atelier du patrimoine de Saintonge, le groupe de travail ( huit personnes) constitué pour étudier les couvents disparus de Saintes et faire paraître un ouvrage dédié à ces édifices s’est réuni près d’une dizaine de fois en 2017. Les séances ont été consacrées à la relecture de notices rédigées par des membres de l’équipe, notamment Patrice Gerbois, sur les Cordeliers ( actuel palais de justice), les Sainte-Claire ( actuelle maison d’arrêt) et les Pénitents gris ( actuel pressing rue Arc de triomphe).

La relecture donne l’occasion de préciser et d’enrichir nos écrits des découvertes archivistiques de l’équipe ( cartes postales de Jean-Pierre Mauret…) et de lecteurs assidus des Archives départementales comme Nicole Bougrier qui dépouille les minutes des notaires saintais de l’Ancien Régime. Ce travail permet aussi de replacer au sein des textes les illustrations, tel le projet de reconstruction de la façade de l’école communale qui occupe en 1846 la chapelle de l’ancien couvent des Cordeliers. Heureuse coïncidence, ce document inédit appartient à Marie-Hélène Parfait, administratrice de la Société et membre de notre groupe : l’un de ses aïeuls par alliance, l’architecte saintais Victor Fontorbe, en est l’auteur. Enfin et surtout, ces séances ont pour objectif de présenter les notices selon un même plan qui sépare la partie historique de celle se rapportant à l’architecture du couvent.

Frédéric Morin

Vous pourriez aussi aimer...